La sodomie (vue par James)


Sexe et libertinage / dimanche 3 février 2019

Pendant une grande partie de ma vie sexuelle, cette pratique me semblait tellement hors de portée qu’elle ne m’était même jamais venue à l’esprit. A tel point que même regarder une vidéo de sodomie ne me faisait pas envie.

Et un jour j’ai rencontré  Madeleine. Avec elle, tout semblait possible, malgré notre quasi inexpérience (faut dire que jusqu’à notre rencontre, nous n’avions à notre grand regret pas vécu grand-chose sur le plan sexuel…). Ensemble nous avons repoussé pas mal de frontières, et levé un certain nombre de tabous. L’un des premiers a été la sodomie.

L’envie ne m’est malgré tout pas venue si naturellement que ça. Ça a été d’abord une histoire de doigt qui se promenait autour de son anus (quel cul magnifique elle a, aussi…), avant que je finisse par lui demander si je pouvais en introduire un…

Et naturellement, comme ce n’était pas de mon doigt dont elle avait envie, la question de la sodomie a fini par se poser sérieusement. Bien évidemment, Madeleine ne m’a pas cru et ne me croit toujours pas lorsque je lui explique que jusqu’à elle, je n’ai jamais eu envie de sodomiser qui que ce soit (les choses sont différentes désormais !).

La sodomie, ça apporte quoi ?

Que dire… La sodomie, pour un homme, est à l’origine de deux plaisirs différents. Plus en fait, mais majoritairement les suivants :

  • Le plaisir physique d’abord, grâce à l’étroitesse du fourreau.
  • Le plaisir mental ensuite, et là il y a tant à dire…. Déjà, la notion d’interdit qu’on dépasse. (En clair, cet endroit n’est pas fait pour). Et puis une certaine impression de dominance. De bestialité aussi. Et puis voir sa partenaire prendre son pied par cette voie, c’est si bon ! Et oui, Madeleine vous le confirmera dans son article sur la sodomie, mais l’orgasme anal existe…

Autant dire que depuis cette découverte, je ne peux plus m’en passer..

Une bonne sodomie, c’est quoi ?

Loin de moi l’idée de vous faire un tutoriel pour pratiquer la sodomie, je peux néanmoins vous communiquer ce qui me parait essentiel lors d’une sodomie « réussie ». Que ce soit pour Madame ou Monsieur.

D’abord il faut en avoir vraiment envie. Que ce soit pour le « pénétrant » ou pour le ou la « pénétré(e) ». Ça parait évident pour le receveur, point de plaisir s’il y a (trop) de douleur. Donc faut être détendu… ET en avoir vraiment envie. Mais pas de bonne sodomie non plus sans une bonne érection !

Et puis, faut que ça glisse ! Vraiment ! Donc ne lésinez-pas sur le lubrifiant. La pénétration n’en sera que plus aisée et les va-et-viens plus agréables.

Bon, pour tout ça, faut pas être sorti de Saint-Cyr non plus…

Après, question rythme, profondeur, tout dépend de ce qu’aime la Dame. Madeleine par exemple préfère quand « ça bouge » dans son cul !

Mais clairement la sodomie est LA pratique sauvage, bestiale par excellence. C’est celle par laquelle en tout cas j’arrive le plus à régresser, à me libérer de certaines contraintes morales et sociétales, pour peu que je sois en fusion avec ma partenaire…

La sodomie et le libertinage

Alors là par contre, nous n’avons pas encore expérimenté… Donc si vous avez des histoires à nous raconter, n’hésitez-pas à commenter !

Bises les coquines et les coquins !

James

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.