Un après-midi au Sun


Nos aventures libertines / samedi 9 février 2019

Notre lieu libertin de prédilection, c’est le Sun, à Lyon. Nous n’y sommes allés, pour le moment, que les samedi après-midi (spécial couple) que nous prolongeons volontiers après 20h00, heure à laquelle les hommes seuls sont acceptés.

Une rencontre nous a particulièrement marqués l’un et l’autre, et nous en gardons un souvenir émus… Voici le compte-rendu que nous en avions fait alors, à chaud, à notre seule et unique confidente (non libertine).

Madeleine :

On n’est pas allés au Sun depuis le mois de juillet. Autant te dire qu’on était au taquet, bien décidés à conquérir le monde.
Apparemment le monde l’a vu :-). Ça s’est joué sur des nuances, pas si subtiles que ça. Les gens sont venus nous parler spontanément, de broutilles ou pas…

Un petit tour au hammam, qui était blindé du fait de la température du jacuzzi trop basse qui avait fait fuir tout le monde. Là-bas, un jeune couple est en train de mettre l’ambiance. Le gars prend sa compagne en levrette assez brutalement, elle braille tout ce qu’elle peut. Les autres couples, dont nous, profitent du spectacle et batifolent de façon plus discrète, ou du moins, moins bruyante. Les jeunes en font un peu trop, mais on aime bien.

Un peu plus tard on s’installe au balcon, à l’étage, d’où nous avons vue sur l’ensemble du bar et du jacuzzi. C’est l’endroit idéal pour voir et être vus. En bas, les deux jeunes sont au bar et se tripotent sans vergogne. C’est assez inhabituel, d’habitude au bar les gens restent relativement sages. On les observe un moment, on se laisse observer aussi et, comme on est un peu exhib’, James me prend là, au balcon, à la vue de tous.

Les petits jeunes nous regardent. A un moment, sans qu’on l’ait vu arriver, le gars vient vers nous et nous remercie gentiment de mettre de l’animation. On discute un peu et il s’en va. On continue. Un autre couple passe devant nous. James les regarde ostensiblement, eux aussi. Moi je dois avouer que je n’ai vu que le monsieur que j’ai trouvé à mon gout. Elle je ne l’ai vue que du coin de l’oeil. James m’indique qu’ils lui plaisent bien.

On redescend au bar. Pas le temps de commander, le couple nous aborde et nous propose un verre. J’ai le temps de les observer mieux. Lui carrément beau gosse et bien gaulé, elle plutôt jolie malgré des cheveux bicolores que j’aime moyen. Ils sont persuadés qu’on a la trentaine comme eux, mais ils ne s’enfuient pas en courant quand on leur dit qu’on en a 10 de plus. On discute un moment autour d’un verre, le courant passe bien. Et assez naturellement on décide d’aller dans un coin câlin tous les 4.

Et là, sérieux, c’était vraiment extra. On était sur la même longueur d’ondes du cul, ils faisaient les choses comme on aime les faire. C’était à la fois tendre, amoureux, respectueux, complice, drôle, bruyant, mouillé, dur et brutal… Zéro gêne.

Après ça on est retourné manger avec eux, on a continué à discuter, c’était vraiment très très sympa. On était tout prêts à leur proposer de continuer à échanger sur internet ou autre pour éventuellement se revoir mais ils nous ont annoncés qu’il partaient vivre à l’étranger. Dommage…

Ça fait un bien fou à l’égo ce genre de rencontre. On est sortis de là les maîtres du monde. A 1 h du mat, les cheveux mouillés sur la place des Terreaux. Ça se lisait sur nos figures d’où on sortait. D’ailleurs on a croisé dans l’ascenseur du parking un autre couple qui sortait du Sun aussi. C’est assez troublant mais on assume complètement maintenant. Limite on aurait envie de le dire à tous le monde. On le fera pas, les gens jugeraient bien trop vite et ne comprendraient pas… ”

James :

“ Il manque quand-même un truc dans le compte rendu de Madeleine … Et je me rends compte que ça a vachement d’importance…
C’est que, que ce soit lors de rencontres au Sun, ou avec nos sexamis, il y a un moment énorme que l’on vit, peut-être encore plus intense que le partage. En tout cas différent et sur un autre registre : c’est le moment où on se retrouve tous les 2…
Et là… c’est orgiaque, brutal, intense, énorme. A chaque fois si je ne me trompe pas…
Ma puce confirmera ou pas. ” (Elle confirme)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.