Le libertinage, une histoire de poils ? Petit état des lieux sur l’épilation des libertins

Last updated on 2 avril 2020

Ça y est, vous avez rencontré LE couple qui vous convient pile-poil ? Vous avez convenu d‘un rendez-vous au poil et vous vous retrouvez ensemble à poils… et, et… Stop, je vais m’en tenir là pour les jeux de mots pourris.

Vous l’aurez peut-être compris, aujourd’hui nous allons parler de poils ! C’est un problème épileux vous en conviendrez (Quoi ? Ce mot n’existe pas ?). Les vieux routards du libertinage ont probablement déjà tranché la question, mais pour les débutants, la question reste entière : faut-il ou ne faut-il pas s’épiler ?

L'origine du monde selon Madeleine
L’origine du monde selon Madeleine

Un constat : il y a peu de poils en club !

Lorsque vous franchissez pour la première fois les portes d’un club, il ne faut généralement pas longtemps pour remarquer un détail qui saute aux yeux. Les libertines sont très majoritairement épilées, le plus souvent de façon intégrale. Il en est de même pour les hommes, même s’ils sont moins téméraires et restent plus nombreux à conserver leur pilosité pubienne.

De la même manière, si vous avez eu la curiosité de vous inscrire sur un site de rencontres libertines, vous vous êtes probablement rendu compte que là aussi les poils sont très peu exposés. Vulves imberbes et sexes glabres, en revanche, foisonnent sur les photos de profil. Souvent même, les descriptions de profil affichent un « interdit aux poils » indiquant clairement que si vous n’êtes pas épilé ou rasé de près, vous ne pouvez espérer jouer avec ce couple ou cette femme.

Mais pourquoi donc les libertins semblent-ils tous adeptes du zéro poil ? Cette tendance, déjà largement répandue dans la population « ordinaire » (entendez ici, les non-libertins), passe pratiquement pour LA norme chez les échangistes, mélangistes et autres coquins de tous poils (pardon pardon) aussi bien pour la gent féminine que masculine.

Pourquoi opter pour une épilation intégrale ?

« Un pubis tout doux, tout lisse et tout glisse ! »

Ok, ça ferait peut-être, à la rigueur, un slogan publicitaire pour les moins exigeants. Mais ça ne suffit pas à expliquer l’engouement des couples libertins pour l’épilation intégrale.

Le principal argument souvent donné, sans même qu’on le demande, par les libertins adeptes du no-poil-land est l’hygiène. Inutile de creuser le sujet, tout est dit ! Garder des poils ce n’est pas propre, point. Bon… Si on s’avise d’esquisser un semblant d’argument réfutatoire (en mode « ah mais non… ») ; la sentence tombe « les poils, c’est moche ». Ok, j’exagère un peu. La plupart diront seulement qu’ils trouvent ça plus sexy. Que ça les fait plus fantasmer. Voire que le plaisir est intensifié par le contact plus étroit entre les peaux.

Mais alors, les libertins débutants sont tous obligés de s’épiler ?

Dans l’absolu, je ne suis pas du tout contre ces idées. Loin de là. Moi aussi, je trouve ça plus joli et plus sexy. Côté hygiène, je ne suis pas convaincue. Je me demande même si ce n’est pas le contraire. Les poils ne jouent-ils pas un rôle de protection à l’entrée du vagin ? Ne serait-ce qu’une protection « mécanique » contre les frottements ? J’avoue que je ne sais pas vraiment. Le net regorge d’articles à ce sujet. Certains affirment que l’épilation intégrale fragilise l’équilibre de la flore vaginale, d’autres jurent que non ça n’a pas de lien. Pour ma part je m’interroge encore donc dans le doute je n’affirmerai rien.

Ce qui me gêne vraiment c’est cette impression qu’on n’a pas vraiment le choix. Que ceux qui veulent faire des rencontres libertines doivent se plier à cette règle.

Et là, j’ai du mal.

Que chacun décide pour son compte comment il veut être et quels sont les physiques vont le séduire, oui. Mais j’ai vraiment la sensation que ça va au-delà d’une préférence personnelle. Comme si il y avait une règle tacite qui imposait à tous de se balader sans poil.

Sauf que c’est faux. Personne n’oblige personne. Avec ou sans poil nous avons toujours pu, James et moi faire des rencontres sympas. On pourrait mettre ça au compte de notre incroyable sex-appeal qui envoûte les foules… ou, plus raisonnablement, penser que les autres libertins sont comme nous et conservent une certaine ouverture d’esprit.

Le libertinage se veut une sexualité libérée des tabous et des contraintes d’une société bien-pensante. Nous sommes, il me semble, des personnes tolérantes et ouvertes à la diversité. Je suis convaincue que la pilosité bénéficie aussi de cette tolérance. Alors ne nous laissons pas impressionner par les choix des autres. Ce sont leurs choix et ils ont le droit de les afficher. Mais nul n’est obligé de faire les mêmes.

Les jeunes libertins en route vers un changement ?

À la relecture de cet article, James me souffle dans l’oreillette – et il a raison de le relever – que nous avons constaté, lors de nos dernières sorties, que nous commencions à croiser quelques personnes un peu plus poilues que la moyenne. De belles femmes arborant une jolie touffe en bas du ventre. Quelques… pas beaucoup. Mais de façon assez étonnante (ou pas finalement…) elles étaient plutôt jeunes. Alors, à l’instar de certaines stars qui affichent leurs poils sans complexes, les jeunes reviendraient-ils à un look plus « naturel » ?

Qu’en pensez-vous, vous les libertins épilés et vous aussi les libertins à poils ? Que vous soyez jeunes ou moins jeunes votre avis nous intéresse, n’hésitez pas à poster vos commentaires.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Écrit par :

Petite brunette, Madeleine écrit des billets et règle les questions techniques du site.

3 Comments

  1. James
    8 avril 2020

    On est tous d’accord qu’une pilosité indomptée voire sauvage n’est pas très engageante pour libertiner 😅.
    Mais une toison pubienne bien entretenue, ça a aussi son charme je trouve 😋.
    Merci Lola et Fab, pour vos commentaires !

  2. Fab
    2 avril 2020

    Bonjour, à presque 50 ans, je suis adepte du zéro poil… à 20 ans ma génération commençait à s’epiler le maillot. Au fil des années on l’a de plus en plus rétrécit et franchement moi qui ai connu toute cette évolution je ne reviendrai pas en arrière et mon conjoint non plus. En libertinage depuis quelques années on reconnaît qu’on ne couchera pas avec des poilus, cela nous rebute. C’est fou mais c’est comme cela.
    Quand je discute avec mes enfants ils sont encore plus maniaques que nous mdrr

  3. Lola
    1 avril 2020

    Je suis plutôt adepte du moins de poils possibles sur les parties génitales.
    Le plaisir de poser ma langue sur un sexe masculin ou féminin à la douceur intense… Après je ne suis pas accroc aux homme ayant trop de poils… un léger torse poilu oui… un homme poilu devant, derrière sur les épaules etc… ce n’est pas mon kiffe mais je respecte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.