Une soirée au sauna : petit fantasme pour les confinés…

Last updated on 25 avril 2020

Bonne nouvelle : par ces temps de confinement imposé, il n’est pas interdit de continuer à fantasmer ! Vous ai-je dit que nous avons continué à voir C notre complice pour notre premier trio dont nous vous avions parlé ici et ? En effet le feeling, si cher aux libertins, est très bien passé entre nous trois et nous avons tous eu envie d’approfondir les choses (hum hum, j’en entends qui gloussent aux derniers rangs).

Bien malgré nous, nous avons été obligés d’annuler notre dernier rendez-vous. Nous devions nous retrouver au sauna libertin Histoire d’Eau dont l’ambiance intimiste et les équipements nous ont séduits. Mais au dernier moment, un fâcheux contretemps est venu s’interposer entre nous et nos projets et nous avons dû remettre à plus tard notre petit plan à trois. À ce jour, avec la pandémie de coronavirus, nous n’avons pas encore pu reprogrammer notre rendez-vous. Libertins oui, mais pas inconscients. Les galipettes reprendront quand cette affaire sera derrière nous.

Alors nous allons fermer les yeux quelques instants et imaginer… Le gros avantage des fantasmes, c’est qu’on peut tout se permettre et se libérer des réalités matérielles. Il est donc fort probable que cette chronique libertine ne corresponde pas à la réalité du sauna libertin que vous connaissez. Vous ne m’en voudrez pas.

Imaginons que nous nous sommes retrouvés, James, C et moi, Madeleine, sur la place des Terreaux. Après avoir bu une bière et discuté tranquillement avec notre ami nous nous sommes rendus à Histoire d’Eau. Vous savez comment ça se passe : tout le monde va au vestiaire et se retrouve à la sortie, vêtu d’un simple paréo pour les dames et la taille entourée d’une serviette pour les messieurs.

Je passe devant le bar, accompagnée par mes deux protecteurs. Plusieurs femmes se retournent. Je me plais à imaginer qu’elles sont jalouses de me voir ainsi escortée. Je n’ai peut-être pas tort, les deux hommes qui m’accompagnent mettraient l’eau à la bouche des plus exigeantes. Mais ils sont pour moi ce soir, et moi pour eux.

« Je me retrouve installée, les fesses tout au bord de la table et les jambes grandes ouvertes »

Après avoir déposé nos serviettes et paréos, nous nous glissons dans l’eau tiède de la piscine. Elle est déjà occupée par un couple et par deux hommes seuls. C’est au tour de James et de C d’être enviés ! D’autant qu’ils ne tardent pas à se rapprocher de moi…

Madeleine

Plus tard, nous montons à l’étage, il y a plusieurs coins câlins libres, des messieurs sont attroupés devant une porte ouverte, visiblement très émus par ce qui se passe à l’intérieur. Certains d’entre eux se mettent à nous suivre de loin en voyant que nous allons visiblement nous amuser un peu. James et C m’entraînent vers un coin câlin équipé d’une sorte de table de massage pourvue de sangles. Trois hommes essaient de nous suivre, mais C ferme la porte pour préserver notre intimité. James m’aide à m’allonger sur la table et, aidé de C, commence à boucler les sangles pour me maintenir immobile. Ils m’avaient déjà exposé leur envie de m’attacher alors je ne suis pas surprise. Je me retrouve installée, les fesses tout au bord de la table et les jambes grandes ouvertes. La position est indécente à souhait et je constate qu’elle ne laisse pas mes deux amants indifférents, leurs queues tendues ne laissent aucun doute sur leur état d’excitation.

« Très vite, il se relève, appuie son gland à l’entrée de ma vulve et me pénètre »

Mais alors que James m’embrasse tendrement, il jette en même temps un regard entendu à C dont je ne comprends pas le sens. Ils semblent tout à coup savoir quelque chose que j’ignore et je commence à m’interroger. Qu’est-ce qu’ils manigancent ? Je questionne James du regard et il a un petit rire qui ne me rassure pas. Je me sens tout à coup très vulnérable ainsi attachée et offerte.

Le suspense ne dure pas et je ne tarde pas à comprendre ce qu’ils ont comploté. C se dirige vers la porte, l’ouvre et s’adresse aux messieurs toujours groupés derrière. Je ne comprends pas ce qu’il leur dit, mais manifestement eux, si. Ils entrent dans la pièce. Je n’ai pas vraiment le temps de les voir, James a sorti un bandeau, je ne sais d’où, et me bande les yeux avec. Il me murmure à l’oreille « Laisse toi faire mon amour, ces messieurs ont très envie de te baiser. Nous, on s’occupera de toi après. ».

Je sens une main se poser sur ma cuisse et une langue humide glisser entre mes jambes. Malgré le frisson qui me parcourt, le monsieur ne s’attarde pas sur cette caresse. Très vite, il se relève, appuie son gland à l’entrée de ma vulve et me pénètre.

Mes mains entravées s’accrochent à ce qu’elles trouvent : la bite de C à ma gauche, celle de James à ma droite. Une queue dans chaque main, et une dans le ventre, je commence à perdre un peu le fil de mes pensées. Mes yeux bandés m’empêchent de voir la file des hommes en train de se branler en attendant leur tour. C’est aussi bien comme ça. Je n’ai pas à les regarder, ils sont juste des queues et des mains à la disposition de mon plaisir.

« Les orgasmes s’enchaînent et mon corps sanglé s’arc-boute sur la table »

Mon premier amant se retire, un second prend sa place. Nettement plus gros que son prédécesseur, il m’arrache un cri quand il s’enfonce brutalement dans mon ventre. Ses grands coups de reins me font définitivement décoller. Mon corps n’est plus que sensations, je crie de plaisir. C a approché sa queue de ma bouche et je le suce avidement tandis que je branle toujours James. L’un deux me pince un téton, la douleur augmente mon plaisir.

J’entends les voix des hommes qui commentent le spectacle, des mots crus qui en temps normal m’auraient fait rougir jusqu’aux oreilles. Mais je me sens femelle au milieu de ces mâles en rut et je me fais une joie d’accueillir leurs membres dressés.

Un troisième homme a pris la place, ou bien est-ce le quatrième ? Je ne sais plus, j’ai perdu le compte. La voix de James me berce. Il s’est penché vers moi et murmure des insanités à mon oreille. Ses mots, autant que les queues qui s’enfilent dans mon ventre, font gonfler mon excitation et mon plaisir. Les orgasmes s’enchaînent et mon corps sanglé s’arc-boute sur la table.

Le silence se fait peu à peu. C me caresse doucement les seins et m’embrasse. Il m’enlève le bandeau. Nous sommes de nouveau seuls tous les trois. Je pourrais presque croire que j’ai imaginé les autres… Ensemble, ils me détachent et m’entraînent sous la douche. Je suis un peu groggy, mais l’eau fraîche m’aide à reprendre mes esprits.

Ils me conduisent ensuite vers le lit qui trône au milieu de la pièce. Je m’y endormirais bien, confortablement allongée entre ces deux hommes. Mais ils ne voient vraisemblablement pas les choses de cet œil, car après m’avoir laissé somnoler quelques minutes, ils viennent se presser contre moi et réclamer leur tour.

La nuit n’est pas finie, peut-être que James aura envie de vous raconter la suite ?

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Écrit par :

Petite brunette, Madeleine écrit des billets et règle les questions techniques du site.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.