Le gîte libertin

Last updated on 3 février 2019

0 0 votes
Article Rating

(par James)

La chaleur est écrasante.
Après avoir profité de la fraîcheur toute relative dans notre chambre, et testé la perméabilité auditive des murs de la bâtisse (nos voisins sont presque aussi bruyants que nous…), nous nous décidons à profiter un peu de la piscine et de ses abords ; nous pourrons ainsi nous rafraîchir en attendant l’heure de l’apéritif.

Armés chacun de notre serviette de bain comme unique bagage ou vêtement, nous franchissons la porte de notre chambre… pour tomber nez à nez avec nos voisins bruyants. Nous échangeons tous les 4 un regard mi-amusé mi-gêné. Il faut dire qu’en plus d’être bruyants, ils ont l’air appétissant tous les 2… Intimidants aussi : ils se rapprochent du genre Viking qui nous fait fantasmer, mais qui nous semble inaccessible…
Nous les laissons passer devant nous et leur laissons un peu d’avance, histoire de nous sentir un peu plus à l’aise et de profiter du « spectacle » : lui est assez grand, plutôt costaud, tatoué ; elle est plus menue, sans être petite, rousse flamboyante, et tatouée également. Nous leur donnons dans les 35 ans. Ils ont l’air très complices et amoureux, ce qui n’est pas pour nous déplaire…

Nous sortons quelques instants après eux et allons nous installer au bord de la piscine, sur des transats confortables. A part eux, qui sont installés de l’autre côté de la piscine qui nous tend les bras, il n’y a personne.
Le soleil chauffe notre peau, et l’eau nous appelle.

Nous entrons donc dans l’eau, conscients de notre nudité, à la fois presque déçus et rassurés par l’impassibilité de « nos » Vikings, qui s’installent pour une séance de bronzage.

Nager nus… enfin ! La sensation de l’eau qui s’écoule sans entrave est si douce, surtout après une sieste crapuleuse… Nous nous sentons régénérés, détendus… Nos batteries se rechargent. Entre 2 coups d’œil au charmant petit couple je t’observe, et je vois bien que tu n’es pas indifférente non plus.
Nos corps se cherchent sous l’eau, nos mains se promènent librement, nous nous enlaçons et jouons de cette sensation de liberté. Je t’embrasse goulûment, et glisse sans préambule un doigt entre tes fesses, que je sens déjà affamées par cette sieste apéritive. Tu gémis un peu mais tu me laisses m’enfoncer. Je sais qu’en même temps ça te frustre, c’est une autre partie de mon anatomie que ton cul désire… Mais je ne te ferai pas ce plaisir tout de suite.

Bientôt je me retire, et après quelques brasses je ressorts de la piscine, te laissant effectuer tes quelques longueurs.

Alors que tu nages, je te regarde. Tu es belle, fuselée et facile, tu nages sans effort. Je n’ai qu’une envie, t’arracher à ce bassin et te baiser là, juste au bord… Mais je te laisse évoluer, et te pavaner lascivement non loin des Vikings que tu mattes ostensiblement, entre 2 coups d’œil de mon côté. Les 2 d’ailleurs ne semblent à première vue pas faire cas de nous, même si en y regardant de plus près Monsieur cache une gaule énorme dans la main de sa chérie alors qu’il te regarde également à la dérobée… moi aussi, plus je te regarde, plus tu m’excites. Je suis en train de m’imaginer avec toi, et de nous imaginer avec eux… tu finis par sortir de l’eau, prenant soin de remonter par l’échelle qui se situe juste devant les Vikings, tu prends ton temps, tu te dresses, fièrement, et là je sais que tu joues avec eux et avec moi. Tu finis par me rejoindre, et m’embrasser passionnément, après avoir caressé du regard mon membre qui se dresse pour toi. Madame Viking semble l’avoir remarqué elle aussi… alors que j’ai l’impression que Monsieur Viking n’a d’yeux que pour ton cul…

Tu t’allonges à côté de moi, faussement innocente… je te sens fière de toi, et moi je t’aime encore plus fort.

Le soleil descend doucement dans le ciel. La chaleur est moins étouffante maintenant. Les ombres s’allongent. Je te caresse doucement le visage, tes cheveux mouillés, puis brutalement je les attrape d’une main ferme et te redresse en position assise, en tirant sur ta queue de cheval.
«- Mon amour, je crois que tu mérites une petite punition ! » Dis-je fermement.
« – Moi, une punition ? » Me réponds-tu d’un air faussement étonné… mais je vois que déjà, dans tes yeux brille une lueur d’excitation.
« – Tu m’as bien compris. Tu crois que je n’ai pas vu la manière dont tu lorgnes le Viking d’en face ? C’est vrai qu’il est pas mal. Mais ce n’est pas une raison… ce n’est pas parce que sa petite chérie me plaît beaucoup également que je la mate sans vergogne comme toi, ni que je ne me pavane devant eux.
– De toute façon ils ne sont pas pour nous », me réponds-tu. «Eux ce sont des Vikings…
– Ça c’est ce qu’on va voir. Viens prendre ta punition ! »

Je t’allonge donc à plat-ventre sur mes genoux, le cul en l’air, offert à la caresse du vent et des regards…
Ma main chaude commence par flatter doucement ta croupe, à en apprécier la forme, la douceur et la fermeté…
Je te sens te crisper à l’instant même où ma main quitte le contacte de ta peau, mais il est déjà trop tard, une gigantesque fessée s’abat sur ton cul !
Tu lâches un petit cri que tu n’as pas eu le temps d’étouffer.

Le bruit a attisé la curiosité de notre joli couple : allongés à plat-ventre, ils nous matent maintenant tout à fait ouvertement. Je leur envoie donc un clin d’œil appuyé. De ton côté, seul ton cul qui leur fait face les appelle ostensiblement…
Nous échangeons un petit regard, et je recommence à te taper, sur l’autre fesse maintenant…
J’alterne mes coups, je varie l’intensité, la fréquence, afin de te surprendre régulièrement. Ton cul rougit doucement, tu te tortilles, pousses de petits cris, mais je sens que tu commences à t’abandonner. Ta chatte, gonflée de désir et saillant entre tes cuisses, est maintenant toute humide, et je ne me prive pas de la caresser subrepticement au passage…

Après quelques minutes, à l’occasion d’une petite pause pendant laquelle je caresse ton joli cul brûlant, je te murmure d’une voix à la fois tendre et glaciale :
«- Ma petite putain, il est temps de passer aux choses sérieuses, tu veux bien ?
-…Oui… » me dis-tu dans un murmure presque alanguis, mais avec les yeux pétillants.

Je me redresse alors, et interpelle les Vikings, qui ont entrepris une petite séance de masturbation tout en nous observant :
« – Dites, ma chérie ici présente a besoin d’une punition un peu plus conséquente… C’est bien une ceinture en cuir que j’ai vu en passant ?
C’est Monsieur qui répond :
« – Tu veux faire gouter ma ceinture à Madame ? Avec plaisir ! »

Je te relève donc, et nous allons d’un pas que nous espérons assuré en leur direction. Je te conduis vers ton destin d’une main ferme sur la nuque. Une fois vers eux, je t’embrasse, puis te fais mettre à 4 pattes sur une serviette. Tu es maintenant face à la piscine, et tu tournes le dos à nos nouveaux amis. Je me saisis de la large ceinture de cuir que me tend Madame, et m’installe derrière toi.
Tout en m’assurant de laisser un bon angle de vue aux Vikings, je règle la longueur de la ceinture, en éprouve le poids…

Un premier claquement m’indique que cette ceinture est parfaite ! Tu te cambres brutalement, en poussant un gémissement. Tu m’excites tellement, dans cette position, ton cul offert… Nos Vikings ont l’air d’apprécier le spectacle également. Mr V. a maintenant la queue bien dressée. Mme V. te regarde également, avec une pointe de jalousie dans les yeux… Peut-être que d’habitude cette ceinture lui est réservée ? Ou alors peut-être l’espère-t-elle en vain ?
Quoi qu’il en soit elle se lève lentement et s’agenouille à tes côtés pendant que je continue à te fouetter, ni trop fort, ni trop doucement. Elle pose sa main sur ton cul et le caresse doucement, entre mes coups, avant de glisser ses doigts vers ta chatte désormais trempée.

Mr V. s’est levé aussi, et après avoir détecté mon assentiment dans mon regard, il vient s’agenouiller face à toi, et te présente sa queue bien dure. Étant à quatre pattes, tu ne peux t’en saisir, aussi la guide-t-il vers ta bouche. Tu commences à la lécher timidement, puis de plus en plus goulûment tandis que mes coups de ceinture deviennent de plus en plus précis et efficaces, et que les caresses de la jolie rouquine gagnent ton clitoris.

Tu es maintenant trempée et tremblante de désir.

C’est donc le moment que je choisis pour poser la ceinture, et approcher ma queue énorme de ta chatte. J’humidifie bien mon gland entre tes lèvres, et Mme V. en profite pour me saisir la queue et te l’enfourner un moment. Je fais donc quelques aller-retours, histoire de profiter de la lubrification abondante, mais je ressors bientôt et glisse ma queue entre tes fesses… Tu as la bouche pleine, aussi ton gémissement est étouffé. Mais ton cul affamé se dilate bien vite, et avale ma queue toute entière. Mme V. en a profité pour glisser son majeur à la recherche de ton point G.

Nous te besognons tous les 3, chacun à notre façon : Mr V. se laisse sucer mais il utilise ses mains pour te caresser les seins, le cul… Mme V. s’active sur ton clito, dans ta chatte… Et moi c’est à grands coups de reins que je te démonte le cul…

Il fait encore chaud, et dans le calme du Vaucluse résonnent au bord de la piscine nos grognements à tous, et tes cris quand tu finis par jouir de toute part. Nous avons toute la soirée pour faire plus ample connaissance…

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Écrit par :

Chroniqueur et community manager du couple !

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments